> fiches explicatives > les mâles aux yeux blancs


La coloration varie dans le temps, tendant vers le rouge.


Les individus aux yeux blancs ont une vision défectueuse, ils ne sont pour autant pas forcément totalement aveugles.




Les mâles aux yeux blancs sont pris en charge par les abeilles comme tous les autres faux-bourdons de la colonie.


On observe parfois des mutations partielles comme chez ce faux-bourdon (seul observé dans cette colonie) dont une zone limitée de son œil droit se trouve affectée.



Un autre cas particulier : les individus gynandromorphes dont certaines cellules (ou organes, ou parties de corps) ont des caractéristiques mâles et d'autres femelles.


La compréhension du pourquoi de la présence de mâles aux yeux blancs dans certaines colonies est une approche intéressante pour assimiler les grands principes de la génétique chez les apis mellifera. Bien que ce ne soit pas le domaine que je maîtrise le mieux je vais essayer de vous en délivrer une explication.

Présentons déjà les éléments suivants :

  - Les reines possèdent un jeu de 32 chromosomes (deux exemplaires de gènes apis mellifera, 16 en provenance du père, 16 en provenance de la mère). Elles sont dites diploïdes.
      
   - Les faux-bourdons sont issus d'œufs non fécondés, on appelle cela de la parthénogénèse (genèse uni-parentale). En conséquence ils possèdent un jeu de 16 chromosomes (tous issus de la mère). Ils sont dit haploïdes. Ils n'ont donc pas de père (aucune lignée paternelle), en revanche leur mère ayant un père ils ont un grand-père.

   - Les gamètes (ovules, spermatozoïdes) possèdent un jeu de 16 chromosomes. Ce qui signifie chez la reine une scission de son jeu de 32 chromosomes pour n'en garder que 16 dans chacun de ses ovules (chaque ovule est porteur d'une combinaison unique constituée de 50% des gènes maternels). Chez le mâle nous avons une sorte de "copier-coller" de son patrimoine génétique intégrale, 16 chromosomes dans son jeu et tous présents dans ses spermatozoïdes (Tous les spermatozoïdes d'un même mâle sont constitués des mêmes gènes, tels des jumeaux monozygotes).

   - Les gènes, petits bidules planqués à l'intérieur des chromosomes sont en fait ultra importants car ce sont eux qui codent (qui déterminent) les caractéristiques morphologiques (longueur de la langue, puissance des muscles alaires, couleur des yeux...) et comportementales (ardeur au travail, agressivité,...).

    - Certains gènes sont dominants (en présence d'un gène récessif ce sont eux qui coderont (qui détermineront)) et véhiculeront les caractéristiques propres à leur lignée. D'autres gènes sont récessifs (ils se s'expriment pas en présence d'un gène dominant) ils sont notamment issus de mutations génétiques (tout ce qu'il y a de plus naturel, n'allez pas chercher des histoires d'OGM ou de radiations là dedans, c'est déjà assez compliqué !). Nb : la coloration "yeux blancs" est-elle portée par un seul gène ?

   - Parmi les multiples gènes récessifs nous en avons qui donnent une étrange couleur blanche aux yeux. En présence du gène dominant "yeux noirs" ils ne s'exprimeront pas mais chez un faux-bourdon haploïdes qui ne possède qu'un exemplaire de gènes ils ont le champ libre pour s'exprimer, apparaître. On pourra également les voir s'exprimer chez une abeille (ou une reine) qui aura dans son double jeu de chromosome deux gènes récessifs "yeux blancs".

   - On peut présenter la chose ainsi, un individu possédant (ayant hérité de son ou ses parent(s) :

         un  gène "yeux noirs"  aura les yeux noirs (et c'est un faux-bourdon)
         un  gène "yeux blancs" aura les  yeux blancs (et c'est un faux-bourdon)
          un  gène "yeux noirs" et un  gène "yeux noirs" aura les yeux noirs et c'est une abeille ou une reine
           un  gène "yeux noirs" et un  gène "yeux blancs" aura les yeux noirs et c'est une abeille ou une reine
          un  gène "yeux blancs" et un  gène "yeux blancs" aura les yeux blancs et c'est une abeille ou une reine

  - pour voir apparaître environ 50 % de mâles aux yeux blancs dans une colonie il faut que leur mère possède un gène "yeux blancs" (sur les deux qu'elle possède).
  - pour voir apparaître 100% de mâles aux yeux blancs dans une colonie il faut que leur mère possède les deux gènes "yeux blancs" et ça ne doit pas arriver souvent.
   - pour voir apparaître des femelles aux yeux blancs dans une colonie il faut que la reine possède un gène "yeux blancs" et le faux-bourdon reproducteur un gène "yeux blancs", pas tous les jours que l'on voit ça.
   - enfin pour voir apparaître uniquement des individus aux yeux blancs il faut (faudrait ?) que la reine soit porteuse de deux gènes "yeux blancs" et le mâle de son gène "yeux blancs", et ça je ne sais pas si je le verrai un jour.






L'ensemble de ces éléments étant compliqué à souhait du fait de la fécondation chez les reines d'abeilles par plusieurs faux-bourdons qui apporteront chacun un matériel génétique différent, constituant ainsi des sous-familles au sein de la colonie. La parthénogénèse induit une singularité dans la proximité génétique entre individus de la même sous-famille : les "abeilles-soeurs" ont 75 % de gènes en commun alors qu'elles n'en ont que 50% avec leur propre mère (et n'en auraient que 50% avec leur descendance si elles pouvaient en avoir une). Leurs sœurs plus proches d'elles que leur descendance potentielle, voilà une des clefs du comportement ultra-social des apis mellifera (et de l'ensemble des hyménoptères d'ailleurs). Les abeilles ont plus intérêt à aider leur mère à avoir une descendance (abeilles et surtout futures reines qui perpétueront voir multiplieront la lignée) qu'à chercher à avoir leur propre descendance (au reste impossible). Le fonctionnement de la colonie peut être mieux appréhendé par cette approche, et les soins attentifs tout comme la production et la distribution de la substance nourricière (la gelée royale) socle de la vie des individus de la colonie s'en trouvent tout naturellement dévolues aux acteurs "abeilles" de cette société.







































> fiches explicatives > les mâles aux yeux blancs