> fiches explicatives > diagnostics > étouffement d'une colonie


Certains cadres se sont effondrés.


"Ce sont toujours les meilleurs qui s'en vont"... je veux dire les colonies les plus populeuses.


On voit bien ici que chaque maille a été obstruée par une abeille à la recherche d'air frais.


Voici ce qui peut arriver lorsqu'un apiculteur commet une erreur de jugement quant à la capacité d'une colonie à résister à une claustration dans de bonnes conditions. Je rappelle ici que l'on ne s'amuse pas à réaliser des claustrations pour "embêter" les abeilles, mais que le but de cette technique est de permettre à la colonie - dans certains cas très particuliers - de se maintenir dans la ruche qu'on lui a "assignée" ce qui évite à l'essaim - non habitué à ses nouveaux locaux - de déserter et d'aller se perdre et mourir pitoyablement dans la nature.

Je pense qu'il n'est pas de sujets qui ne doivent être abordés, et si je présente la conséquence d'une claustration réalisée dans des conditions inadaptées, c'est précisément pour que d'autres apiculteurs évitent de faire de même...

36 heures après leur positionnement dans un rucher, des colonies orphelines sont libérées (la bande de mousse qui obstrue l'entrée est retirée) au petit jour, 39 d'entre-elles se portent comme un charme mais la 40ème est malheureusement étouffée. Ceci est la conséquence de plusieurs facteurs :

    - La température diurne et nocturne est restée très élevée (supérieur à 26°).
     -  Cette colonie a été constituée avec beaucoup trop d'abeilles et notamment des butineuses.
      -  Les abeilles avaient dans leur jabot de grandes quantités de nectar.
       -  Les cadres constituants cette colonie étaient très chargés en nectar.
        -  Le fond grillagé était partiellement obstrué par de la propolis, ce qui réduisait dangereusement la surface d'échange avec l'air extérieur.


Parfois les problèmes s'additionnent, parfois ils se multiplient...

Conséquence :
Les ventileuses n'ont pas pu travailler efficacement, la colonie ne "supportant" pas de ne pouvoir réduire le taux d'humidité du nectar, la température à l'intérieur de la ruche a augmenté, des abeilles se sont positionnées à chaque maille du grillage d'aération, l'obstruant encore plus. Le processus s'est emballé, la température a continué de croître, faisant même s'effondrer les cadres. La colonie est morte rapidement, aucune abeille n'a survécu.



Que celui qui n'a jamais commis d'erreur de jugement me jette la pierre.

 
           Dont acte, à ne pas reproduire !  

> fiches explicatives > diagnostics > étouffement d'une colonie